cross parapente divisadero valle de bravo mexique

Cross parapente :
Aller-Retour Divisadero

Maintenant que nous avons expliqué comment aller au lac de Valle de Bravo pendant votre trip parapente au Mexique, il serait temps de tenter un aller-retour. C’est toujours gratifiant de revenir à son point de départ, après quelques heures de vol.

L’itinéraire cross que nous vous proposons consiste à aller jusqu’à l’extrémité Ouest du massif, puis d’envisager le retour. On part donc du même décollage, on fait le plein d’altitude avant de transiter vers le Peñon, puis on part vers la Pared, le G-Spot, avant de rejoindre le Maguey.

Ces étapes sont détaillées dans les articles précédents :

Arrivé au Maguey, au lieu d’aller vers Cerro Gordo, continuez vers l’Ouest. Il faudra donc dépasser les “tres reyes” trois dents minérales caractéristiques, censées représenter les trois rois mages. Attention de ne pas passer trop bas dans le col, car il y a un venturi assez marqué à ce niveau, et vous pourriez vous retrouver à descendre sur place…
Autre remarque, ici la brise souffle généralement en Sud-Ouest, si vous envisagez de vous approcher des “tres reyes” pour vous refaire, il faudra le faire de ce côté, sinon vous vous trouverez sous le vent…
Bref, avant de passer les tres reyes, et continuer vers l’Ouest, ça vaut le coup de patienter pour prendre de l’altitude.

parapente au mexique : les tres reyes


Les Tres Reyes et au loin, le Divisadero.

Pour continuez vers l’Ouest deux options s’offrent à vous :

Les options

  • profiter du thermo-dynamiques de la falaise du plateau. Cela ne vaut que si vous vous trouvez a minima à l’altitude du plateau. Si vous perdez de l’altitude il vaut mieux aller en plaine sans tarder pour toujours se trouver en finesse d’une vache. Si vous vous trouvez à l’Ouest des Tres reyes, on peut envisager de se refaire de ce côté.
  • profiter de la convergence qui se trouve sur le plateau. Evidemment, si elle est marquée par les nuages, c’est plus facile. Et cela sous-entend que vous ayez pris de l’altitude. Ici, vous vous trouverez plus haut en altitude absolue (par rapport au niveau de la mer), mais le plateau est également assez haut. A vous de voir… je pense qu’il faut connaître un peu le site pour s’aventurer sur le plateau avec 400 ou 500 mètres d’altitude relative.
    Mais c’est parfois la bonne option qui vous permet de vous maintenir au dessus de l’inversion, à fond sur le barreau d’accélérateur dans du +4m/s sur plusieurs kilomètres kilomètres parfois, alors que les autres parapentes sont beaucoup plus bas, coincés dans l’inversion au niveau de la falaise.

Avant d’atteindre le Divisadero, il reste quelques zones turbulentes que je préfère passer avec de l’altitude. Difficile de vous les décrire ici, mais sachez que c’est pas de la crête à mouettes tout le long.

Arrivé au Divisadero, on peut ajouter quelques kilomètres en prenant un thermique sur les dents rocheuses à son extrémité, et pousser un peu plus vers l’Ouest, avant de faire demi-tour.

Le retour peut se faire soit par la falaise du plateau, soit au dessus de plateau (Cf les options). Pour revenir au point de départ, et poser au Piano (l’atterrissage officiel), plusieurs choix s’offrent à vous depuis le Maguey.

  • Passer par la mesa (le plateau que vous aviez quitté et survolé en partant du G-Spot). En général on se refait bien sur les falaises verticales exposées Ouest. C’est d’autant plus vrai qu’au retour, elles commencent à être exposées au soleil.
  • Pousser juqu’à Espinazo (pointe Sud de la mesa, au Sud du G-Spot). Cette pointe agit comme un collecteur de thermiques. C’est un peu plus loin mais en général ça marche. Penser à assurer le plein d’altitude à Espinazo, car ensuite pour revenir vers le Peñon, on peut se retrouver sous le vent, si on part trop bas.

Variantes

  • Au lieu de faire un aller-retour, vous pouvez faire un triangle.
    Au Divisadero, prenez la direction du Sud, vers la Pila. Ici on se retrouve face au vent, dans une zone de plaine. Bref, c’est moins évident. Partez à plusieurs pour optimisez vos chances. La “Pila” est une mine, on la reconnait bien avec sa zone d’excavation et son lac artificiel. Le retour se fera par les Tres Reyes, ou Espinazo.
  • Arrivé à la Pila, on peut même aller plus loin au Sud, en allant vers “Aguila”.  Il faudra prendre de l’altitude à la Pila. Personnellement je le fais souvent, mais je suis pas sûr de vouloir y emmener du monde. On se trouve bas, dans une vallée encaissée, avec peu de vaches. Mais ça fait un beau triangle.
    De plus, on franchit une gorge (cañon),  difficilement praticable à pied. Bref, le retour s’annonce compliqué, et risque de vous coûter du temps et de l’argent.
    Les cracks vont même encore plus loin pour boucler un triangle FAI de plus de 100 kilomètres.
  • Si vous passez par Maguey ou que vous atteignez directement Cerro Gordo, à la faveur d’une confluence, on peut évidemment envisager le retour vers le lac de Valle de Bravo.

Liens utiles

Guide to Valle de Bravo (en Anglais).